Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Lorem ipsum dolor

Nam ultrices pellentesque facilisis. In semper tellus mollis nisl pulvinar vitae vulputate lorem consequat. Fusce odio tortor, pretium sit amet auctor ut, ultrices vel nibh.

Accueil

La loi de Finances de l’exercice 2018 en examen au Sénat

La chambre haute du Parlement a débuté ce vendredi 8 décembre 2017, le débat général sur l’examen et adoption de la loi de Finances de l’exercice 2018.

 

Présentée par le Ministre d’Etat au Budget, Pierre KANGUDIA, cette loi est évaluée en recettes et en dépenses à 10.353.133.693.749 francs congolais (dix mille trois cent cinquante trois milliards cent trente-trois millions six cent quatre vingt treize mille sept cent quarante-neuf francs congolais),contre 11.409.153.330.511,4  de Francs congolais en 2017 , une baisse d’environs 10,2%.

Lire la suite : La loi de Finances de l’exercice 2018 en examen au Sénat

Le Ministre des finances répond aux préoccupations des Sénateurs sur la réédition des comptes pour l’exercice budgétaire 2016

La Chambre haute du Parlement a jugé recevable la réédition des comptes de la loi des finances rectificative du pouvoir central pour l’exercice budgétaire 2016 présentée par le ministre des finances, M. Henry YAV MULANG.

Dans ses réponses aux préoccupations des sénateurs ce mardi 05 décembre 2017, le ministre des finances a indiqué qu’aucun texte de loi n’indexe, à ce jour, le taux de change par rapport à celui appliqué dans le recouvrement des recettes et celui utilisé dans l’exécution des dépenses, les budgets des dépenses sont exécutés en francs courants.

Concernant le déficit budgétaire, le ministre des finances a précisé que le Gouvernement n’a pas emprunté de l’argent aux banques commerciales à rembourser. Il s recouru à dépôts auprès de système bancaire et n’a pas recouru au financement monétaire.

Sur la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), il fait savoir qu’une évaluation a été sollicitée, étant donné que son introduction n’a pas connu une préparation suffisante.

Lire la suite : Le Ministre des finances répond aux préoccupations des Sénateurs sur la réédition des comptes...

L’exécution du Budget pour l’année 2016 soldée par un déficit budgétaire

La chambre haute du Parlement a à son tour examiné, le projet de loi de reddition des comptes exercice 2016, qui selon, le Ministre des Finances, Henri Yav Mulang, s’est soldée par un déficit de 227.171.881.978,73 FC à cause de la faiblesse des recettes et des dépenses d’investissement. Des chiffres présentés a la plénière consacrée sur l’examen du projet de loi portant reddition des comptes du pouvoir central de la loi de finances rectificative pour 2016.

 

Pour l’exercice 2016, les recettes dans l’ensemble ont été arrêtées à 6.694.506.503.118,00 FC dont 4.386.986.092.194,00 FC des recettes internes, 1.110.485.505.190,00 FC des recettes extérieures. A la clôture de l’exercice budgétaire, les résultats enregistrés en recettes et en dépenses ont connu un taux de réalisation respectivement de 74,07% et de 77,47%. La contreperformance est due à la baisse des produits d’exportation des matières premières.

Lire la suite : L’exécution du Budget pour l’année 2016 soldée par un déficit budgétaire

Ouverture de la session ordinaire de mars 2010

Le Président du Sénat, monsieur Léon KENGO WA DONDO, a procédé ce lundi à l'ouverture de la session ordinaire de mars 2010.

Le condensé de son allocution sur ce lien, .

Lire la suite : Ouverture de la session ordinaire de mars 2010