Accueil

Débat général au Sénat sur le projet de loi de finances pour l’exercice 2017

Le Sénat s’est réuni en plénière ce dimanche 11 juin autour pour examiner le projet de loi de finances pour l’exercice 2017. Une plénière au cours de laquelle le Ministre d’Etat en charge du budget, M. Pierre KANGUDIA a été auditionné. Le ministre d’Etat au budget a dans son exposé brosser l’économie générale des prévisions budgétaires et justifié le contexte d’élaboration du budget national, dégagé en équilibre, en recettes et en dépenses, à hauteur de 11.524, 5 milliards de FC, soit 24,3%.

 

De ce projet de loiadopté par l’Assemblée nationale, le ministre d’Etat à formellement clarifier la démarcation qui existait avec celui de l’exercice 2016, il l’a donc présenté comme une configuration rectificative du budget 2016. Abordant les chiffres, M. Pierre KANGUDIA a affirmé que comparativement aux prévisions de 2016 avoisinant les 6.694,8 milliards de FC,le budget 2017 a substantiellement subit un accroissement de 68,8%.

 

 

Le ministre d’Etat au budget a de manière explicite dévoilé les axes prioritaires que le projet de loi sur budget devra impacter. Il a affirmé que ce projet de loi sur les finances prendra essentiellement en compte l’organisation des élections, le redressement du tissu économique,l’amélioration du social des populations et l’instauration d’un climat de paix et de cohésion nationale sur l’ensemble du territoire national.

 

Prenant la parole successivement, les sénateurs sont intervenus pour la plupart sur les recettes internes et extérieures. Dans le collectif imaginaire des membres du Sénat, cette onzième loi de finances sous examen au Sénat renvoie la même littérature de ces dernières décennies. A l’intention du ministre d’Etat, les sénateurs ont émis le vœu de toujours veuillez à l’élaboration de la loi de finances sans tenir compte des pesanteurs politiques : les crises politiques ne devront donc pas influer sur la composition du budget.

 

D’autres recommandations ont aussi été faites, notamment  dans  le secteur agricole. Il a été en sollicité au Gouvernement de recourir au fond agricole créé il y a cinq ans ; bien que satisfait de la prise en compte dans le budget des recettes des produits pétroliers et miniers, les sénateurs ont conseillé la stricte observation du trafic frauduleux aux frontières.

 

Dans sa réplique M. Pierre KANGUDIA est revenu sur la mission assignée au Gouvernement d’union nationale conduite par le Premier Ministre Bruno TSHIBALA. Il a affirmé que ce projet de loi sur les finances prendra essentiellement en compte l'organisation des élections, la lutte contre l'inflation, l'instauration d'un climat de paix et de cohésion nationale.

 

Jugé recevable le projet de loi exercice 2017 a été envoyé à la Commission économico-financière et de la bonne gouvernance pour examen approfondi.

 

 

Le Secrétariat technique du Rapporteur